Home > Culture > Hymne à l’Education : 13 musiciennes burkinabè sur une même chanson, « les jeunes doivent aller à l’école », (Papa Darga, initiateur)

Hymne à l’Education : 13 musiciennes burkinabè sur une même chanson, « les jeunes doivent aller à l’école », (Papa Darga, initiateur)

Daisy Franck, Maria Bissongo, N’Teny, Tiness ou encore Natou font partie des 13 musiciennes burkinabè à avoir posé leur voix pour sensibiliser les populations en faveur de la scolarisation des jeunes filles. L’initiative est de Mohamed Darga dit Papa Darga, manager d’artistes, opérateur culturel et Président de l’association qui porte le projet « Vision Dolé Minto », en langue bissa « pour demain » ou le « futur ».

Le projet « l’hymne à l’éducation » selon ses initiateurs est une plaidoirie pour la cause de la femme. « Le constat est réel quand nous partons dans les villages, on voit les jeunes filles dans les marigots, les champs, nous voulons changer cette donne. Elles doivent aller à l’école et nous avons décidé que des artistes portent le message de l’éducation surtout qu’elles sont des femmes », a dit Mohamed Darga alias Papa Darga, promoteur de l’hymne à l’éducation.

Le premier cd de « l’hymne à l’éducation » est sorti officiellement le 7 juin 2017 à la maison de la Femme à Ouagadougou en présence des responsables du ministère de la Femme et ceux de la Culture. « Elles sont 13 musiciennes, soit une par région, à être sur la chanson. (…)Le mooré, le dioula, le fulfuldé, le gourmatchema, le bissa, le dagara et bien d’autres, chacun va se retrouver à travers un message qui incite à inscrire les filles à l’école », affirme M. Darga, ajoutant que « cette mission de sensibiliser n’incombe pas seulement à nous musicienne, mais à tout le monde. Je n’ai pas hésité à donner ma voix parce que c’est un thème qui est d’actualité. Il nous fallait accompagner ce projet », a dit la slameuse Malika.

« J’ai décidé de participer à ce projet parce que je suis d’abord une femme, une fille, une mère», explique, la musicienne Wedra. Si la direction artistique de la production a été assurée par Zidass, musicien, instrumentiste, bien connu pour son aisance à faire le live, la marraine artistique, elle, reste Amity Meria.

Le projet « l’hymne à l’éducation » a été réalisé sans aucun soutien. « Nous avons fait ce que nous avons pu sans aucun soutien. Les musiciennes ont cru au projet et se sont données à fond. Nous lançons un appel aux autorités concernées à nous aider dans le cadre de ce projet. Toutes les filles doivent aller à l’école », a indiqué Mohamed Darga.

Selon lui, si les moyens sont réunis « nous allons faire une vidéo de la chanson hymne à l’éducation et après s’en suivra une caravane dénommée « Education pour tous » avec l’ensemble des musiciennes dans une région du Burkina. Et chaque année cette caravane sillonnera une région du pays ».

« C’est l’ignorance parfois qui fait qu’il y a des actes de vandalismes », a terminé M. Darga.

 

Lamine Traoré

Laisser un commentaire