Home > Politique > 50 ans et 30 ans après les assassinats de Che Guevara et Thomas Sankara, les « révolutionnaires » toujours dans les souvenirs

50 ans et 30 ans après les assassinats de Che Guevara et Thomas Sankara, les « révolutionnaires » toujours dans les souvenirs

8 octobre 1967 – 8 octobre 2017, cela fait 50 ans que le guide de la révolution cubaine, Ernesto Guevara, plus connu comme « Che Guevara » ou « le Che » a été assassiné. A Ouagadougou où on s’apprête aussi à célébrer le « Che Africain », Thomas Sankara, l’ambassade de Cuba au Burkina Faso a rendu hommage aux deux leaders.

50 ans après son assassinat, Ernesto Che Guevara est plus que jamais dans les esprits des « freedom fighter », les combattants de la liberté. « C’est un jour triste pour l’humanité, pour le peuple cubain et le peuple latino-américain. Le Che, c’est un modèle pour tout le monde à Cuba. Il n’appartient plus à notre Etat. Che Guevara a toujours pensé libérer le monde contre l’impérialisme et le colonialisme », a dit dimanche matin à Ouagadougou Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadeur de Cuba au Burkina Faso à la cérémonie d’hommage à Che Guevara.

Thomas Sankara, le leader de la révolution burkinabè est pour certains « le Che africain ». Entre Thomas Sankara et Ernesto Che Guevara, il y a plus que des similitudes, des coïncidences troublantes. « Le 8 octobre 1987, le Président Thomas Sankara recevait à Ouagadougou le fils de Ernesto Che Guevara. Une semaine plus tard, Thomas Sankara sera également assassiné. Voilà pourquoi l’UNIR/PS retient ses deux grands hommes parce que pour nous ce sont des modèles de vie, des modèles de combat », a déclaré Me Bénéwendé Sankara, Président de l’Union pour la renaissance nationale/Parti sankariste (UNIR/PS). Il est par ailleurs, le 1er vice-président de l’Assemblée nationale.

Il y a véritablement une similitude entre l’assassinat des deux hommes. « Le 8 octobre 1987, Thomas Sankara qui a célébré Che Guevara ici à Ouagadougou par une exposition et par l’immortalisation d’une rue, une semaine après il ne savait pas qu’il allait mourir dans une semaine après par les mêmes balles assassines que Che Guevara », a affirmé Stanislas Damiba, Président de l’Association des anciens étudiants formés à Cuba, envoyés par Thomas Sankara en 1986.

Le parti sankariste UNIR/PS s’apprête d’ailleurs à célébrer le 15 octobre prochain, date anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara, les 30 ans et 50 ans respectivement des assassinats de Thomas Sankara et Che Guevara.
Smockey du « Balai Citoyen », une organisation de la société civile a pris part à cette cérémonie.

Lamine Traoré

Laisser un commentaire