Home > Politique > Affaire Dabo Boukari : le colonel Bamba était un « indic »

Affaire Dabo Boukari : le colonel Bamba était un « indic »

Le colonel Bamba, inculpé dans l’affaire du putsch de septembre 2015, a été placé lundi, sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou ( MACO) pour « complicité d’arrestation et de séquestration aggravées de personnes dont Dabo Boukari », étudiant en 7è année de médecine, assassiné en mai 1990.

Selon le bimensuel Courrier confidentiel, citant les compagnons de lutte de Dabo Boukary, le régime du Front Populaire (FP) de l’ancien président Blaise Compaoré avait lancé une chasse à l’étudiant mi-mai 1990 sur le campus de Zogona.

A l’époque, le Colonel Mamadou Bamba, étudiant en médecine était délégué des Comités Révolutionnaires (CR) de l’université. Son rôle, selon les camarades de Dabo, était de localiser les militants de l’Association Nationale des Etudiants Burkinabè (ANEB), afin qu’ils soient capturés par des éléments de la garde de sécurité présidentielle dont les locaux, le Conseil de l’Entente, jouxtait le campus. C’est dans ce climat que Dabo Boukary, fervent militant de l’ANEB a été enlevé et torturé à mort dans les locaux du Conseil de l’Entente, probablement autour du 19 mai 1990 selon les explications. Jusqu’à ce jour, ni sa famille, ni ses camarades, ne savent où se trouve sa tombe, encore moins son corps. Considéré donc comme un « indicateur » dans l’affaire Dabo Boukari, le Colonel Mamadou Bamba, inculpé et déposé à la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO) est celui là-même qui lisait les communiqués du Conseil National de la Démocratie (CND) pendant le coup d’État du Général Gilbert Diendéré en septembre 2015. Déjà inculpé dans le dossier du putsch et incarcéré, il avait bénéficié d’une liberté provisoire le 18 octobre 2016.

Omegafm

Laisser un commentaire