Home > Politique > Affaire Thomas Sankara : les avocats de la famille Sankara comptent demander à Macron la levée du secret-défense

Affaire Thomas Sankara : les avocats de la famille Sankara comptent demander à Macron la levée du secret-défense

Les avocats de la famille Sankara comptent interpeller le président français Emmanuel Macron lors de sa visite annoncée à Ouagadougou en novembre, dans l’espoir qu’il fasse quelque chose pour que le secret-défense qui pèse sur certaines informations relatives à l’assassinat en octobre 1987 de Thomas Sankara et de ses 12 compagnons soit levé. L’annonce a été faite jeudi 12 octobre lors d’une conférence de presse du collectif des avocats de la famille de Thomas Sankara.

« le combat n’est pas seulement judiciaire. Il y a aussi le combat politique », a déclaré Me Bénéwendé Sankara membre du collectif. À l’en croire, la volonté politique y est du côté burkinabè.
Pour les avocats, le dossier ouvert, en 2015 « , avance bien ». selon Me Bénéwendé le dossier Sankara est entre de bonnes mains. L’instruction est en cours et une quinzaine de personnes ont été mises en examen. Des dizaines de personnes ont aussi été auditionnées, a-t-il précisé.
Selon Me Anta Guissé, l’une des avocates, « ce n’est pas long pour une instruction ». Me Sankara, lui, estime que les éléments dont dispose le juge d’instruction permettent d’établir les infractions, même si les deux expertises effectuées sur la dépouille de l’ancien président ont été infructueuses.
Pour ce qui concerne le mandat d’arrêt international lancé contre l’ancien président Blaise Compaoré qui a remplacé Thomas Sankara au pouvoir, le collectif explique qu’il n’est pas encore appliqué du fait de la nationalité ivoirienne de Compaoré.

Le collectif estime néanmoins que Blaise Compaoré peut être entendu par la justice ivoirienne dans le cadre d’une commission rogatoire qui serait mis en place.
Présente à cette conférence de presse, Blandine Sankara, sœur du père de la révolution burkinabè Thomas Sankara a déclaré que »le dossier avance ». Il y a des évolutions que l’on constate », affirme-t-elle, avant d’ajouter que « tôt ou tard, en tout cas il y aura une fin ».
Le 15 octobre prochain, cela fera 30 ans que la famille de Thomas Sankara dit attendre que justice soit faite pour son fils. Aujourd’hui, elle se dit confiante.
Abdoul Fhatave TIEMTORE

Laisser un commentaire