Home > Politique > Burkina-Tentative de déstabilisation : voici le plan du Colonel Barry (source Courrier confidentiel)

Burkina-Tentative de déstabilisation : voici le plan du Colonel Barry (source Courrier confidentiel)

– des explosions le 30 décembre au centre-ville,
– «neutraliser» Roch,
– faire revenir Blaise, le juger et le mettre en résidence surveillée,
– …
Le plan du Colonel Barry (source Courrier confidentiel)

Qu’avait donc prévu de faire le Colonel Auguste Denise Barry ?
Selon le bimensuel d’investigation, le Courrier confidentiel dans sa dernière livraison, «il était prévu dans un premier temps de créer un climat d’instabilité, donc un climat favorable au putsch… Une importante figure de la société civile s’apprêtait à organiser des activités subversives que les putschistes auraient pu exploiter. Des explosions devaient avoir lieu le 30 déembre au centre-ville. Suivies de barricades, de casses et de pillages…»

Le journal indique également qu’ «il était question de neutraliser le président (Roch Kaboré)» et que de l’argent a été distribué par celui qui est inculpé et détenu à la MACA dans le cadre de la tentative de déstabilisation du régime Kaboré, afin d’inciter certains militaires à adhérer au projet. Les fonds saisis s’élèveraient selon le bimensuel à 21,5 millions de FCFA et proviendrait non pas de la perquisition du domicile du Colonel ni du Centre d’études stratégiques en Défense et Sécurité (CESDS) mais de militaires contactés.

Le Courrier confidentiel souligne que le Colonel Barry aurait voulu passer par le Colonel Serge Alain Ouédraogo, ex chef d’état-major de la gendarmerie (auditionné le 31 décembre et le 1er janvier), pour obtenir l’adhésion du Commandant Evrard Somda, patron de l’Unité spéciale d’intervention de la Gendarmerie nationale (USIGN).

L’instruction menée par le juge Abdoul Kader Martial Ouattara aurait également révélée au dire du canard paraissant le 10 et le 25 du mois que le Colonel Barry avait prévu de «faire revenir l’ancien président Blaise Compaoré quelques mois après avoir stabilisé la situation. Ce dernier devait être jugé, condamné et mis en résidence surveillée au regard de son statut d’ancien chef d’Etat à Ziniaré, sa ville natale».

Laisser un commentaire