Home > Politique > Dossier Sankara : un collectif « secret-défense » pour veiller sur la déclassification

Dossier Sankara : un collectif « secret-défense » pour veiller sur la déclassification

Mettre tout en œuvre pour que la promesse du président français Emmanuel Macron de déclassifier des dossiers secrets défenses soit une réalité, c’est ce qui justifie la naissance du collectif « secret-défense » en France. Le collectif a tenu une conférence de presse mercredi 06 décembre à Paris. Et pour l’un des initiateurs Bruno Jaffré, le collectif entrera en contact avec Emmanuel Macron afin de discuter de certains dossiers classés secret défense : « La prochaine initiative est d’une part, une lettre au président de la république pour lui expliquer et lui demander un rendez-vous pour qu’on puisse lui poser directement des questions et qu’il se prononce sur d’autres cas ».

Le collectif se dit méfiant car d’autres affaires d’assassinats sur le continent sont en cours d’instructions depuis et attendent également. « il y a l’affaire Ben Barka qui est un grand du tiers monde qui a été assassiné en 1965, il y a l’affaire du juge Borrel qui a été assassiné à Djibouti et qu’on a voulu maquillé en suicide, il y a l’assassinat des journalistes de RFI au Mali…» a énuméré Bruno Jaffré.

Pour lui, les Burkinabè doivent être fiers de leur insurrection, « sans cette insurrection il n’y aurait toujours pas de juge nommé pour mener les investigations et il n’y aurait pas de demande de levée du secret-défense… c’est l’assassinat d’un président en Afrique (ndlr Thomas Sankara) qui est à l’origine de la médiatisation en France et de l’ouverture d’un débat sur le secret-défense, c’est ce que les Burkinabè doivent retenir. »

Emma LOMPO

Laisser un commentaire