Home > Politique > Justice : Un député français demande l’ouverture des archives françaises sur l’assassinat de Sankara

Justice : Un député français demande l’ouverture des archives françaises sur l’assassinat de Sankara

«La France s’honorerait à aider la justice burkinabé dans le dossier Thomas Sankara » c’est ce qui ressort de la lettre du député de Français de l’étranger (Maghreb/Afrique de l’Ouest) Pouria Amirshahi adressé au président français le 15 mars.

Dans la lettre adressée au Président François Hollande dont Radio Oméga a obtenu copie , le député français rappelle que l’ancien Président a été assassiné avec douze de ses compagnons le 15 octobre 1987. Près de 30 ans après, l’auteur de cet assassinat n’est toujours pas connu. Le régime déchu, indique M. Pouria, avait jusque-là refusé d’ouvrir une enquête sur cette mort qu’il avait qualifié de naturelle. Après la chute de Blaise Compaoré en octobre 2014, la transition dirigée par Michel Kafando ont fait un effort d’ouvrir une enquête.

« Le juge d’instruction François Yaméogo chargé de cette enquête a par ailleurs lancé une commission rogatoire pour demander la levée du ‘secret de défense’ en France », précise Pouria Amirshahi, député des français de l’étranger (Maghreb, Afrique de l’Ouest) dans sa lettre. Ajoutant que l’article L213-2 du code du patrimoine stipule que les documents produits par l’administration française ne peuvent être lus que cinquante après leur création si ceux-ci ‘portent’ atteinte au secret de la Défense nationale, aux interprètes fondamentaux de l’Etat dans les conduites de la politique extérieure, à la sureté de l’Etat, à la sécurité publique, à la sécurité des personne ou à la protection de la vie privée.

A cet effet, indique la lettre, l’articulation entre la sureté de l’Etat, le droit au respect de la vie privée et la possibilité pour la société de se saisir des enjeux historiques est donc une question majeur dans un pays qui se dit démocratique. Pour le député, cet équilibre doit être trouvé afin que les historiens soient en mesure de faire le travail et assurer ainsi que l’écriture de l’histoire ne soit pas instrumentalisée par les enjeux politiciens.

Laisser un commentaire