Home > Politique > « La justice a fait du bon boulot par rapport aux indicateurs des années précédentes » (Roch Kaboré)

« La justice a fait du bon boulot par rapport aux indicateurs des années précédentes » (Roch Kaboré)

Les indicateurs de performances de la justice au Burkina Faso en 2016 sont bons.
« Au regard des indicateurs, on peut dire que la justice a fait du bon boulot par rapport aux indicateurs des années précédentes. Ce n’est pas parce qu’on a fait du bon boulot que c’est suffisant. Ils sont conscients que du travail reste à faire pour améliorer la place de la justice qui est la cheville-ouvrière de l’Etat de droit dans notre pays », a déclaré lundi matin à Ouagadougou Roch Kaboré, garant de l’indépendance du pouvoir judiciaire, à la faveur de la traditionnelle session entre le Président du Faso et les membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM).
Il y a une augmentation de la saisine des juridictions en 2016 par rapport à 2015. « Les justiciables saisissent de plus en plus nos juridictions que ce soit les juridictions de premier degré ou du second degré ou même des hautes juridictions. Il y a une augmentation également du volume de travail des magistrats par rapport à 2015. Cela veut dire que le nombre de dossiers traités par les juridictions a augmenté considérablement par rapport à 2015 », a dit Thérèse Traoré, la Présidente du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), par ailleurs présidente de la Cour de cassation.
Le Président du Faso et les membres du Conseil supérieur de la magistrature ont aussi parlé du rapport entre le pouvoir judiciaire et les autres pouvoirs. « Le rapport avec le gouvernement, avec l’Assemblée nationale, pour assurer une meilleure fluidité du travail. Parce que tous les textes qui sont pris à l’Assemblée nationale qui ont trait à l’indépendance de la justice, il serait bon que le Conseil supérieur de la magistrature soit informé pour également apporter sa contribution », a souhaité Roch Kaboré.

Une session extraordinaire entre le Président du Faso et les membres du CSM, conseil supérieur de la magistrature, est prévue le 12 janvier 2018 pour se pencher non seulement sur les résultats de performances de la justice au Burkina Faso mais aussi sur le rapport entre le CSM et les autres institutions de la république.

Lamine Traoré

Laisser un commentaire