Home > Politique > « Salif Diallo et moi étions opposés, mais n’étions pas des ennemis », (Zéphirin Diabré)

« Salif Diallo et moi étions opposés, mais n’étions pas des ennemis », (Zéphirin Diabré)

« Salif Diallo et moi étions opposés, mais n’étions pas des ennemis », a déclaré vendredi matin à Ouagadougou Zéphirin Diabré, le chef de file de l’opposition après une audience avec le nouveau Président de l’Assemblée nationale, Alassane Sakandé.
L’audience entre les deux hommes, Zéphirin Diabré et Alassane Sakandé, celui qui occupe désormais le perchoir suite au décès du « charismatique Gorba national », Salif Diallo à 60 ans, le 19 août 2017 à Paris, n’a duré qu’une dizaine de minutes. « Salif Diallo et moi étaient opposés, mais n’étaient pas des ennemis », a affirmé sans détours M. Diabré au sortir de son tête-à-tête avec le nouveau président du parlement.

Pour le chef de file de l’opposition, Alassane Sakandé le nouveau PAN doit trouver une dynamique interne pour bien réussir sa mission. « Dans l’accomplissement de cette mission, il y a une dynamique interne à trouver au sein de l’Assemblée en faisant en sorte que Opposition et majorité sachent trouver la formule pour travailler dès lors que l’intérêt supérieur de la Nation est en jeu » ? a-t-il dit.
Zéphirin Diabré a aussi expliqué pourquoi l’opposition n’a pas présenté de candidat à l’élection du président de l’Assemblée. « Nous avons estimé que les circonstances faisaient qu’il n’y avait pas d’opportunité à ouvrir un débat électoral à ce niveau. Il fallait laisser le parti au pouvoir assurer la continuité de la charge. Cela montre déjà une certaine disposition d’esprit mais chacun d’entre nous continuera à jouer son rôle bien entendu dans le respect des lois et règlements de la république », a terminé le chef de file de l’opposition.
Lamine Traoré

Laisser un commentaire