Home > Culture > Un animateur de Radio Omega agressé au studio par un groupe de musiciens

Un animateur de Radio Omega agressé au studio par un groupe de musiciens

Mercredi 28 juin 2017. 10h. Un groupe de musiciens a forcé son entrée à la Radio Omega, et continué dans les studios où il a physiquement agressé Ahmed Kossa, qui était en pleine émission.

Cet acte grave et inadmissible a été commis par une horde d’«artistes» se réclamant de la Coalition pour la renaissance artistique au Burkina Faso (CORA-BF). Ils n’ont pas hésité à dire qu’ils sont venus imposer leur musique, mais par la barbarie. Ils ont choisi de marier le discernement du dialogue à la violence : pendant que, sans demande d’audience, «Ocean» et «Dabs», deux représentants sont venus s’imposer au directeur général de la radio, Fidèle Tamini, à qui ils ont remis une «demande de soutien» (un document de trois pages agrafées et dactylographiées dans lesquelles, la CORA-BF manifeste «son indignation » face à l’action de nos animateurs : Hamed Kossa (Interconnexion, de lundi au vendredi de 10h à 11h40) et Samsk le Jah (Positive vibrations tous les dimanches de 10h à 11h40), qui, selon elle, expriment à travers chacune de leurs émissions «un manque de fierté nationale et un dédain inexplicable à la musique burkinabè en dépit des textes qui régissent la diffusion de la musique au Burkina Faso»), une quinzaine surgit dans les couloirs de la radio et deux d’entre eux, les biens nommés «Petit docteur» et «Bam Raady» ont poussé l’outrecuidance jusqu’à aller essayer de faire sortir manu militari du studio Hamed Kossa alors en pleine émission en usant de la violence.

La CORA-BF se vante déjà de son action de ce matin sur facebook à travers une vidéo de l’agression de notre animateur HK avec ce petit texte explicatif : «DELOGEMENT DE L’ANIMATEUR AHMED Hamed Kossa À LA RADIO OMÉGA PAR LA Cora BF. Ce 28 juin 2017, la Cora BF a marqué son indignation à l’animateur Hamed Kossa qui refuse de donner une place à la musique Burkinabé. Tout animateur mentalement inférieur sera désormais délogé.»

Radio Oméga condamne avec la dernière énergie ces actes barbares et contraires aux idéaux de la démocratie et du dialogue. La cause, la défense de la musique burkinabè, est tellement noble qu’elle devrait être rythmée d’un minimum de noblesse dans l’action. Cette sortie aurait été ô combien constructive pour le monde de la musique burkinabè si elle avait été basée sur le dialogue et sur des chiffres probants en termes de taux de diffusion de la musique burkinabè par Oméga.

Pis, à ce sujet justement, il y a lieu de se demander sur quelle statistique la CORA-BF fonde ses récriminations contre Radio Oméga puisque rien qu’à titre illustratif, dans notre programmation musicale de ce mardi 27 juin 2017, entre 6h et 23h, on enregistre 57 morceaux de musiciens burkinabè joués contre 51 de musiciens étrangers.

La CORA-BF est mal placée pour parler d’«un manque de fierté nationale et un dédain inexplicable à la musique burkinabè» ! Et sa «demande de soutien» en est la preuve. Morceaux choisis: «un certain nombre de Burkinabè pris dans la spirale du complexe désavoue leur propre musique prétextant que les artistes burkinabè ne sont pas bons. Ce cri diffamatoire de ces Burkinabè complexés et mentalement inférieurs, intellectuellement diminués, ne doit saper l’envie de s’affirmer des artistes et le soutien des institutions et des médias tels la Radio Oméga.»

La force, la violence, la barbarie ne sauraient être une méthode pour justifier quoi que ce soit dans l’agression d’un média.

Hyacinthe Sanou, Directeur des rédactions

Laisser un commentaire