Home > Société > Démolition d’un maquis à Koudougou : «J’attends simplement que le maire me rembourse sinon je vais saisir la justice » (Béroum Basile Yaméogo, propriétaire du maquis saccagé )

Démolition d’un maquis à Koudougou : «J’attends simplement que le maire me rembourse sinon je vais saisir la justice » (Béroum Basile Yaméogo, propriétaire du maquis saccagé )

Les autorités communales de Koudougou ont démoli un maquis le mardi 3 octobre 2017 vers 4 heures du matin. Les propriétaires du maquis attendent déposer une plainte contre le maire si leurs biens emportés et saccagés ne sont pas remboursés. Ils ont rencontré les journalistes mercredi dernier à ce propos.

Béroum Basile Yaméogo était très remonté contre le maire de Koudougou qu’il accuse d’avoir détruit son maquis nuitamment.

« J’ai déposé un dossier à la mairie pour avoir la possibilité d’avoir du courant dans le maquis. Le vendredi 29 septembre 2017, j’y suis allé pour la réponse, mais grande fut ma surprise. Le maire me donne 72heures pour quitter les lieux. Séance tenante, j’ai rédigé une demande quêtant trois mois car en 3 jours, il me sera difficile de tout démolir. J’ai été consterné d’être informé le mardi à 4 heures du matin que des jeunes accompagnés par la police municipale sont en train de détruire mon maquis « , raconte Béroum.

Le conférencier soutient qu’auparavant, il n’avait reçu aucun acte de déguerpissement de l’autorité communale.

« Moctar Zongo, le maire de Koudougou ne devrait poser cet acte. Ce sont des gestes pareilles qui poussent les gens à la violence. J’ai perdu du matériel. Mes biens ont été saccagés. Il a fallu l’intervention de la gendarmerie qui a permis de limiter les dégâts. J’attends simplement que le maire me rembourse mes objets perdus et détruits sinon je vais saisir la justice. J’ai connu 5 maires à Koudougou mais c’est la première fois qu’un maire fait détruire un maquis en pleine nuit de cette façon », a conclu le propriétaire.

L’espace incriminé est situé en face de la cité des forces vives de Koudougou, entre les deux voies qui mènent l’une à Ouaga et l’autre à Villy.

Sabouna Ouédraogo

Laisser un commentaire