Home > Société > Journée mondiale de lutte contre la désertification : Le Burkina perd environ 570 000 hectares de terre chaque année

Journée mondiale de lutte contre la désertification : Le Burkina perd environ 570 000 hectares de terre chaque année

12 millions d’hectares de terres sont dégradées chaque année dans le monde, et 570 mille hectares et plus de 5 millions d’hectares au Burkina, avec d’énormes conséquences fâcheuses. Ce sont là quelques statistiques révélées à l’ occasion de la journée mondiale de lutte contre la désertification célébrée ce jeudi.

Le Burkina perd environ 570 000 hectares de terre chaque année, une superficie cumulée de plus de 5 millions d’hectares en 10 ans. Ce constat qui n’est guère reluisants, également que « En Afrique, 66% de la superficie du continent se compose de terres arides. 73% des terres arides agricoles sont déjà dégradées et 33% environs des terres sont devenues trop sèches pour supporter une agriculture pluviale », a dit Nestor Bassière, ministre de l’Environnement.

Cette situation nécessite une réflexion soutenue sur les stratégies de résiliations, au regard des impacts négatifs qui en découlent notamment : L’appauvrissement et la disparition des terres cultivables, la diminution des productions agricoles et l’insécurité alimentaire chronique, les migrations, l’instabilité politique et les conflits qui y sont liés, la perte de la biodiversité, l’aggravation des effets néfastes des changements climatiques en somme, la pauvreté généralisée.

A en croire M. Bassière, le Burkina consent des efforts dans la lutte contre le phénomène à travers sa politique nationale de lutte contre la désertification. Mais l’idéal poursuivi est la neutralité, c’est-à-dire l’équilibre entre les superficies dégradées et les superficies récupérées.

La journée célébrée au Burkina va donc tracer les sillons, pour l’atteinte de cet objectif Une rencontre de haut niveau ministériel est prévue dans le cadre de cette journée mondiale de lutte contre la désertification.

Une rencontre qui va réunir 3 chefs d’Etat, le malien Ibrahim Boubacar Keïta, le nigérien Mahamadou Issoufou et le burkinabè Roch Kaboré. Il y a également le représentant du chef d’Etat gambien et des représentants d’organisations internationales.

 

Abdoul Fhatave TIEMTORE

Laisser un commentaire