Home > Société > Les scolaires de Koudougou doutent de la fiabilité des résultats du BEPC et CAP 2016

Les scolaires de Koudougou doutent de la fiabilité des résultats du BEPC et CAP 2016

L’association des scolaires de Koudougou (ASK) a donné une conférence de presse le 11 juin 2016 à Koudougou. Cette rencontre avec les journalistes a porté sur ce qu’elle a appelé les irrégularités qui entachent les examens du BEPC et autres pour cette session 2016.

L’ASK dénonce la proclamation des résultats par les présidents des jurys sans aucune délibération parce que les professeurs étaient en grève. «  On a vu des présidents de jury qui sont venus seuls, enlever des résultats dans des sacs, afficher et disparaître dans la nature. Dieu seul sait les erreurs qui se sont glissées dans cette proclamation faite par le seul président du jury. Sans délibération, vous savez comment les présidents des jury peuvent manipuler à leur guise les notes » a déploré le président exécutif de l’ASK Moumouni Zoungrana.

 Il estime que les présidents de jury ont décidé de proclamer les résultats sous seulement la base d’un coup de fil de la direction régionale des enseignements secondaires. Ces derniers auraient dû exiger un acte administratif, une note signée qui les protégerait. « Au regard de tous ces éléments, nous doutons de la fiabilité de ces résultats » ont affirmé les scolaires.

Les conférenciers ont invité leurs camarades et les parents d’élèves à ne pas « se tromper d’adversaire ». Ils estiment que le gouvernement est coupable de cette situation et non les professeurs. « On tente de nous mettre à dos contre nos professeurs pour rien. Ils sont payés pour la correction. Si aujourd’hui ils ont refusé l’argent, c’est qu’il y a problème » ont-ils conclu.

Tu pourrais aussi aimer
 Nanoro: Le doyen des chefs coutumiers Burkinabè tire sa révérence
Incendie au Godin night-club de Koudougou : De nombreux dégâts matériels
Incendie au Godin Night-Club : ‘’Il a fallu 45 minutes pour maîtriser le feu ‘’ (Lieutenant Didier Bazongo )
« 45.000 ânes auraient été abattus en moins de 6 mois au Burkina Faso » Remi Dandjinou.

Laisser un commentaire