Home > Société > « Si le voleur qu’on prend veut être libéré, il va falloir qu’il paye nos amendes » (Django, chef Koglweogo de la région de l’Est)

« Si le voleur qu’on prend veut être libéré, il va falloir qu’il paye nos amendes » (Django, chef Koglweogo de la région de l’Est)

« Si le voleur qu’on prend veut être libéré, il va falloir qu’il paye nos amendes » (Django, chef Koglweogo de la région de l’Est)

 Le samedi 11 juin 2016, le ministre en charge de la Sécurité Simon Compaoré a séjourné dans la région de l’Est et a eu des entretiens avec les forces vives sur les questions sécuritaires de la région. Les Koglweogo n’ont pas été épargnés dans le discours du ministre Simon Compaoré à Fada N’Gourma contre l’insécurité et l’incivisme. Après son passage, le chef des Koglweogo de cette région Moussa Thiombiano dit Django revient sur cette sortie du ministre.

Avec notre correspondant à Fada N’Gourma Guy Michel Bolouvi

« Le chef des Koglweogos de la région de l’Est Moussa Thiombiano dit Django n’a pas assisté à la prestation du ministre Simon Compaoré devant les corps constitués et les forces vives de la région de l’Est. Pourtant, il a été aperçu sur les lieux avant l’arrivée du ministre. Que s’est-il passé ?

« Je pense que par rapport à cela je devrais être invité, c’est ce que j’attendais mais si j’ai été aperçu c’était pour demande une audience avec le ministre » a dit Moussa Thiombiano dit Django

 Le ministre s’est indigné des comportements hors règle des Koglweogo dans une République, sifflant la fin des séquestrations que subissent les personnes qui sont interpellées par ces groupes d’auto-défense.

Pour lui tout malfrat appréhendé par les Koglweogo doit être conduit à la police ou à la gendarmerie. Le message est-il parvenu à Django ? « A moi directement non, ce sont des échos, et moi je dis qu’on ne devrait pas écouter une partie et laisser l’autre puisse que nous sommes les petits frères de la gendarmerie, de la police et de la justice. S’ils veulent bien comprendre, nous voulons les accompagner parce que simplement c’est notre région. Ces délinquants ne viennent pas d’ailleurs. Quand il y a un délinquant venant d’ailleurs, c’est qu’il y a un à l’intérieur. »

Le ministre Simon a déclaré aussi la fin des amendes. Qu’en pense Django ? « Les amendes que nous prenons servent de financement à notre déplacement. Le voleur qu’on prend obligatoirement s’il veut être libéré, il va falloir qu’il nous paye toutes les dépenses qu’on aurait faites ».

 Django se dit ouvert à la discussion et souhaite une rencontre : « tout ce que je souhaite qu’il ait une rencontre je serais pour cette rencontre qui sera la bienvenue »

 

Tu pourrais aussi aimer
Diplomatie : Hamidou Touré, l’ambassadeur du Burkina en Ethiopie décédé
Insécurité : Les koglweogo remettent à Simon Compaoré 130 armes à feu saisies des mains des bandits 
SPORT : LES ETALONS LOCAUX EN OUZBÉKISTAN POUR UN MATCH AMICAL
Jeux Olympiques 2016 : Le programme de passage des burkinabè

Laisser un commentaire