Home > Société > Soutien aux martyrs et aux blessés de l’Insurrection d’octobre 2014 et du putsch : Les mesures gouvernementales se concrétisent

Soutien aux martyrs et aux blessés de l’Insurrection d’octobre 2014 et du putsch : Les mesures gouvernementales se concrétisent

Ceci est un communiqué du Service d’information du gouvernement (SIG).

Suite à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et à la résistance du 16 septembre 2015, le gouvernement de la Transition met en œuvre les mesures de soutien aux victimes, aux orphelins, aux veuves/veufs et aux blessés.

Dix décrets ont été adoptés à cet effet, le 28 octobre 2015, pour organiser les prises en charge et l’accompagnement psycho-social, financier, sanitaire, scolaire et alimentaire des familles des martyrs.

Ces mesures concernent :

  • l’attribution de logements sociaux de type F3 à huit veuves ;
  • le recrutement de trois veuves titulaires de diplômes (CEP ou BEPC) dans la fonction publique, au titre des mesures nouvelles de l’année 2015 ;
  • l’octroi d’un soutien financier (un million) à chacune des 18 veuves pour la création d’unités économiques, avec l’appui technique des ministères concernés ;
  • la prise en charge des enfants des victimes durant leur cursus scolaire, dans les établissements publics, jusqu’à leur majorité, à raison de 75 000 F CFA par enfant, ou la formation professionnelle de ces enfants avec une prise en charge de 300 000 FCFA, jusqu’à la majorité complète ;
  • la prise en charge de 420 enfants dont une trentaine d’orphelins ;
  • la poursuite de la prise en charge sanitaire gratuite et le ravitaillement en vivres aux blessés de l’insurrection et de la résistance ;
  • l’accompagnement et la consolidation des activités et des projets d’activités génératrices de revenus des blessés à hauteur de 150. 000 FCFA.

Le Gouvernement de la Transition invite les citoyens à rester solidaires dans l’accompagnement des victimes pour leur épanouissement socio économique.

Tu pourrais aussi aimer
Libération de Me Hermann Yaméogo : «Il y a un léger contretemps dans les procédures» (Salvador Yaméogo, frère cadet)
Insurrection populaire : Blaise Compaoré et Isaac Zida mis en cause pour « homicide » (Commission d’enquête)
« Tous ceux qui seront concernés, même mes proches et les membres du gouvernement, répondront de leur actes devant la justice » (Roch Kaboré)
Familles de victimes de l’insurrection et du putsch : « Nous n’avons jamais reçu un franc »

Laisser un commentaire