Home > Tribune Libre  > BILLET : INCIVISME ? QUEL INCIVISME ? RESPECTEZ LA LOI !

BILLET : INCIVISME ? QUEL INCIVISME ? RESPECTEZ LA LOI !

Faisant écho aux multiples appels des citoyens depuis des mois pour l’application de la loi afin de lutter contre l’incivisme, le gouvernement PKT qui détient la force publique, appelle simplement à son tour les citoyens « au strict respect de la législation en vigueur ». Alors qu’il reconnaît que «l’actualité de notre pays est marquée ces derniers temps par la recrudescence des actes d’incivisme et de troubles à l’ordre public », le gouvernement, garant de l’application de la loi, a une nouvelle fois, lors du conseil des ministres du 13 juillet dernier «instruit les autorités compétentes à l’application rigoureuse » de la loi. Autant dire que chacun devra prendre son mal en patience : on est en phase d’instruction. C’est déjà ça de gagner contre l’impunité.

 Minute ! Revenons sur la sommation de la situation en français facile : ainsi donc, comme plus personne ne respecte la loi, le gouvernement instruit qui de droit de faire appliquer la loi en appliquant rigoureusement la loi. Tout ça pour ça ??? Qui a dit même que chez nous, nous étions encore au stade de l’incivisme ? Non. Il y a bien longtemps que nous avons franchi le Rubicon de l’incivisme pour tomber dans l’ «acivisme». Oui, «ACIVISME» ! Si en français facile, le civisme signifie l’acceptation et l’observation par le citoyen des lois de l’Etat, et que l’incivisme pourrait se définir comme le non-respect des principes du civisme ; au pays du «plus rien ne sera comme avant», nous en sommes réduits même à rechercher le citoyen au regard de l’absence totale de civisme que résume «acivisme».

En français facile ? Ce n’est même plus que nous ne respectons pas la loi, c’est que nous ne savons même pas que nous sommes des citoyens et donc des humains régis par des lois. Des exemples :

-Les premiers, plus basiques : le respect du feu tricolore et du port du casque : nous parlons bien de ce dispositif lumineux qui régule la circulation routière et de cette protection de la tête pour ceux notamment qui utilisent des engins à deux roues. Pour se plier à ces règles, il nous faut d’abord savoir que nous sommes des citoyens pour qui ces instruments ont été initiés pour aider, faciliter, protéger nos vies… N’allons pas loin, combien de Ouagalais sont des citoyens ?

-Les seconds, plus cruciaux : le respect et l’exercice de l’autorité de l’Etat. Prenons deux corps éminemment symboliques : l’enseignant et le policier. Si l’on en vient à violenter et même tuer des membres de ces corps dans l’exercice de leur fonction, il va s’en dire que l’autorité de l’Etat doit s’exercer avec la plus froide rigueur et que force doit rester à la loi. N’allons pas loin non plus, à Nagaré (enseignants violentés) et/ou à Ouagadougou (policier tué), a-t-on perçu pour ne pas dire aperçu l’autorité de l’Etat ? Naturellement instruction pourrait être donnée de poursuivre les questionnements face à cet incivisme généralisé : Combien d’enfants burkinabè le sont encore? Que font les OSC ? … ? Cependant, quand en guise de réponse, le gouvernement «instruit les autorités compétentes à l’application rigoureuse»… de la réponse, il y a lieu de se poser une autre question : «Ingouvernance» ou «agouvernance»?

Tu pourrais aussi aimer
La police municipale change de mode opératoire, 106 engins en 1h en fourrière

Laisser un commentaire